mercredi 29 mars 2017

Peluche halal...

Petite narration librement inspirée de l'édifiant article d'Arnaud D, ici...





Magnifique idée cadeau pour nos petites têtes blondes, (enfin blondes..) musulmanes, agressées chaque jour par des linéaires entiers d'horribles jouets occidentaux forcément islamophobes, fabriqués par des infidèles décadents irrespectueux de ce sacro-saint "vivre ensemble" sans lequel, nous dit-on, nous ne serions qu'une société rance et xénophobe.
Avec Hamza le nounours halal, l'enfant de l'Islam jouera dans la pureté immaculée du prophète et de ses éblouissances divinatoires. Il ne se souillera pas corps et âme en posant ses mains sur des poupées sataniques genre Ken ou Winnie, "ces bâtards", ou cette salope de Barbie, "qu'on lui voit la chatte à cette pute"... 
D'ailleurs il lui manque les yeux à Hamza. Ben oui. Seul Dieu est créateur, et lui seul a le droit d'attribuer des yeux, et donc une âme.
Alors le fabriquant lui, misérable mortel terrorisé dans sa djellaba à l'idée d'un courroux céleste, il va pas prendre le risque de s'attirer les coups de pompe dans l'oigne du divin !

lundi 13 mars 2017

Innovation à la française...

Pour ceux qui s'interrogent encore sur les causes du délabrement français et de l'effondrement de son commerce extérieur, le toujours pertinent H16 donne une petite synthèse par l'exemple.

Je fais mienne sa conclusion: Ce pays est foutu... 

                                                                 


"La France continue sa lutte héroïque contre toute innovation

Quand une invention voit le jour, les Américains en font une marchandise, les Chinois la copient, les Européens la régulent et la France l’interdit.
Récemment, ce petit aphorisme a trouvé son illustration avec l’application Heetch qui facilite le transport entre particuliers en mettant en relation des automobilistes prêts à dépanner des passagers potentiels. Essentiellement utilisée en France par des étudiants et comme petit job d’appoint pour un nombre croissant de jeunes conducteurs, cette dernière application a rencontré l’ire des artisans et grosses sociétés de taxis qui y voient une concurrence déloyale ; pensez donc, des étudiants peu fortunés (le plus gros contingent des clients de Heetch), s’ils n’avaient pas cette application, se précipiteraient évidemment sur les taxis et leurs tarifs abordables, c’est évident.

vendredi 10 mars 2017

Des vessies.. pour une Lanterne...



                              
                         
                           La résidence de la Lanterne, palace princier pour roitelets républicains 

Pour ça aussi les candidats en campagne nous inonderont de belles promesses réformatrices, et formuleront de belles incantations sur l'impérieuse nécessité de mettre un terme définitif à ces vestiges révolus d'une République grasse comme un loukoum.
Oh bien sûr, on vous parlera de priorités qui n'attendent pas, que sont chômage, insécurité, commerce extérieur, immigration, terrorisme etc...  Mais qu'on se rassure ! Une volonté inétripotable (ou inébranlables pour les plus cabotins) d'assainir les dépenses publiques, fera inscrire sur la liste des gabegies à éradiquer ce genre de marocains monarchiques. Promis juré !
Ils s'y engageront, la main sur le cœur, la morale en bandoulière, l'exemplarité comme étendard...
Et comme de bien entendu, celui ou celle qui posera son cul sur le fauteuil présidentiel s'empressera de ne surtout rien toucher à ces dorures sanctuarisées qui nous coûtent la peau des roustons, et en premier lieu, cette sulfureuse "Lanterne" autour de laquelle plane la discrétion la plus absolue depuis 1818 dans le but évident d’emballer caprices et petites frasques des pouvoirs en place dans un secret parfaitement hermétique.

mardi 7 mars 2017

Moix, Moix !.. Et après les autres...

             

             On n'est pas couchés du 04/04/2016. Invité: Patrick Sébastien  pour son livre "le vrai gout
             des tomates mures."

Il est vrai que ça date un peu, mais ça m'avait échappé à l'époque. 

Yann Moix chez moi, c'est un peu comme ces petits détails de la vie que tu exècres tellement que machinalement tu les recherches pour ne surtout pas laisser passer une occasion de leur déverser ta colère.
Détestation ou admiration ? Humm..
C'est un peu comme l'amour et la haine. A la jonction des deux, il se peut que les lignes s'entrecroisent. Va savoir..
C'est ainsi...

Décidément, je serais toujours autant stupéfait devant la capacité de ce genre de type à fabriquer du sectarisme intellectuel à un tel débit et à le fourguer instantanément à ses clients.
De vrais pulvérisateurs à dégueulis névrotique les mecs !.
A se demander comment des cerveaux aussi brillants peuvent accorder autant d'énergie à servir des frustrations et à en régurgiter les déjections fielleuses avec une telle frénésie.

samedi 25 février 2017

Les saltimbranques...

    

Qu'ils étaient beaux tous, dans leurs habits de lumière, à déballer leurs leçons d'humanisme et de philosophie sociale. Que ferions-nous sans eux ? Dans quelle France pourrie vivrions-nous s'ils n'étaient pas là pour veiller sur nos valeurs et élever la pensée ?
Prend garde, prend garde à toi, citoyen français "de base". 
Toi le "fini à la pisse", qui serait tenté d'aller voter ailleurs qu'à gauche.
L’œil vertueux de l'artiste flamboyant s'est posé sur toi, saloperie de facho !
Toi, l'ignoble raciste bas de plafond qui te lève le matin pour retrouver ta bagnole cramée, ton bus caillassé, ta boulangerie ravagée, ton allée et ton trottoir mis à sac. Toi qui va bosser tous les jours pour payer les lendemains de fête de cette merveilleuse génération d'insoumis multicolores tyrannisée par une police fasciste et impitoyable.
La ligue des artistes extraordinaires te surveille du haut de sa tour d'ivoire et te menace de son courroux, toi, le fils de pute qui oserait détourner ton regard du sort de ces nouveaux martyrs urbains que sont les Théo, Traoré et autres victimes de la persécution policière.
Merci à vous, admirables comédiens et saltimbanques, d'être les sentinelles du camp du bien et les gardiens de la bonne morale.
Vous finirez au Panthéon.
Il vous faudra juste patienter un peu, le temps qu'un esprit un peu éclairé invente le Panthéon des abrutis.
Ramassis de clowns...

Que Philippe Bilger ne se prive pas de traiter comme tels:

  

Eric.




dimanche 19 février 2017

Ah elle est jaunie la jeulesse ! (Coluche.)...


                         
                                MONTPELLIER: Affrontements entre 200 jeunes. Un blessé.


Si au moins ça infléchissait la courbe ascendante de la stupidité de ceux qui veulent nous faire croire que les casseurs urbains sont motivés par des causes "nobles", du genre Théo, harcèlement policier, racisme, désœuvrement, ghettoïsation et autres excuses à la con...
N'y comptons pas trop.

La récente tribune de Libération signée par nos éminentes célébrités showbiziennes, suffit à s'en résigner.
Amusant d'ailleurs d'observer ce ramassis d'imbéciles à paillettes s'auto-farcir le trou de balle de leur bonne conscience, en s'apitoyant sur celui de ce nouveau martyr des cités dont on nous rebat les oreilles. Le fameux "petit Théo", dernière victime en date de ce groupuscule nazi nouvellement désigné: La police nationale.
Normal à la fois. N'allons pas demander à ces bobos "canal historique", d'afficher une quelconque empathie avec la flicaille. Malheureux... Des fois qu'on les suspecterait de ne pas être de gauche.

mardi 7 février 2017

Le dernier des François. Ou le terminus du prétentieux...

"C'est quand l'furoncle y pue, qu'y faut y presser l'jus"...
Disait-on autrefois dans certains coins de nos campagnes. A des époques plus rudes ou l'on ne s'embarrassait pas d'états d'âme pour traiter le mal.
Mais les temps ont changé.
Un tel pragmatisme aurait pourtant du bon aujourd'hui. Ne serait-ce que pour nous débarrasser de certaines disgracieuses boursouflures monarchiques héritées d'un régime dont on nous disait qu'il ne subsisterait que des dorures et des donjons. Tu parles...
Ce "Pénélope gate", c'est incontestablement le furoncle de trop sur le cul de cette matrone obèse qu'est notre République. L'affaire vient à maturité à un moment crucial, et nous met clairement devant deux choix: soit on badigeonne le bouton de crème Nivéa et on attend le suivant, soit on vide cette saloperie de son contenu purulent jusqu'à la racine, et on s'épargne durablement des récidives.

Bref, vous l'aurez compris, la question est simple :

faut-il voir comme une aubaine ce qui arrive à ce pauvre François Fillon et à sa sauterelle ?
Grand-Dieu OUI !.. Et trois fois oui.

Et j'irais même plus loin: que le Canard ouvre le bec jusqu'à s'en étrangler, et que tous les autres lui emboîtent le pas !
Et tant pis si ça exaspère les éternels pisse-froid. Ceux qui fulminent de voir les mouches passer d'un troupeau d’ânes à leur bourricot de concours, et qui voudraient nous faire gober que le scandale n'est pas dans les turpitudes à 900 000 euros du couple Fillon, mais dans les charognes qui les ont révélées. Ces prétentieux qui brandissent la présomption d'innocence comme une gomme à effacer les magouilles de leurs protégés, à défaut d'autre chose à opposer à l'obscénité de ces fortunes piquées au contribuable.
Leur théorie et leur stratégie sont simples et archi-connues:
"Quand le sage montre la lune du doigt, l'idiot regarde le doigt"...

mardi 10 janvier 2017

Salut les barbares...

     


De toute évidence, il a été décrété que rien ne leur sera épargné. Avoir subit de plein fouet l'horreur du terrorisme ne suffisait donc pas au cauchemar qu'est devenue leur vie (voire leur survie) pour qu'on leur impose, un 7 janvier, les fanfaronneries médiatiques de celui qui aura participé à l'embrigadement des monstres qui ont dévasté leur existence.
Les parents des victimes de Charlie et de l'Hypercacher avaient-ils besoins de cet énième souillure ? L'angélisme crasse qui, encore aujourd'hui, passe sous silence le nom de l'ennemi, n'était-il pas assez intolérable pour qu'on en remette couche ?
La réponse de Thierry Ardisson à ces deux questions leur est fournie sous la forme de ce connard à casquette planté au milieu de son plateau. 
Ils apprécieront...

samedi 24 décembre 2016

De l'indépendance éditorialiste aux "Dîners du Siècle". Quand la presse passe à la soupe...

                         

                                
Evidemment, ils seront nombreux à nous jurer la main sur le cœur qu'ils n'en croquent pas.
Nous on veut bien, sauf que ces images parlent. 
Des images qui, me reprochera-t-on, datent un peu et respirent la promotion du Front National.
Tant pis. Ceux qui comprendront que je n'y puise que le contenu et pas le pedigree de ceux qui les mettent en ligne, poursuivront cette lecture. Les autres passeront leur chemin... 
Cette fameuse "caste" dont parle Marine Le Pen et qui fait sortir le placide Laurent Joffrin de ses gongs, c'est le "Club du Siècle".
Un "machin mondain" comme seule notre République baroque peut en enfanter, et qui concentre en un seul lieu tous les ingrédients de ce fameux clientélisme connivent des salons parisiens qui fait de la France cette putain pour oligarques avertis, et réduit les politiques qui la dirigent à de serviles maquereaux de quartier chargés d'en surveiller le trottoir.

mardi 20 décembre 2016

Benoit Hamon, ou le relativisme thérapeutique...


"Historiquement, dans les cafés ouvriers, il n'y avait pas de femmes…"

C'est une des réactions de Benoit Hamon sur France3 à la fin du visionnage de ce fameux reportage de France 2 montrant de l'intérieur la mutation sexiste qui règne désormais dans nos quartiers populaires soumis à l'islamisation.
Que dire... Si ce n'est qu'exprimer son envie irréfrénable d’asseoir ce genre d'idiot nuisible dans une sonde spatiale, et de le catapulter en dehors du système solaire.
Si encore cette grotesque analogie émanait d'un crétin gauchiste dénué de toute ambition politique, nous lui donnerions le mépris qu'elle mérite, et ce genre de propos prendrait place au milieu de nos brèves de comptoir, perdu dans le brouhaha du troquet entre les frasques fiscales de Christiano Ronaldo et les courbures du fessier "calibre 36" de la dernière Miss France.

vendredi 16 décembre 2016

Osez le traumatisme...



Que la France profonde s'imprègne bien de cette photo, car à en écouter le nouvel ordre moral, elle finira par rejoindre les archives. Celles d'un pays jugé décadent ou régneraient encore quelques subsides de ce bon vieux machisme franchouillard, vestiges honteux de cette société révolue qui doit laisser place à ce fameux "progressisme" dont on nous rebat les oreilles quotidiennement.

Et pour ouvrir les consciences, les sentinelles de la pensée lumineuse ne manquent pas.
Chez "Osez le féminisme", on veille au grain. Pas question de laisser passer la moindre entorse à la condition des femmes. Toutes les femmes nous dit-on.
On veut bien.
Les soldates de cette association ont donc jeté leur dévolu sur ce nid de la dégradation féminine qu'est le comité Miss France, et sur TF1, ce nauséabond média qui n'aurait que foutre du beau sexe au point d'en diffuser la messe annuelle en prime-time.

mardi 29 novembre 2016

Des larmes dans le mojito...



Ah la Méluche... Irremplaçable Méluche.
Pas à prendre avec des pinces en ce moment pépère. 
A la fois, faut le comprendre. A peine remis de la défunterie de ce gros sac de Chavez qui motivait ses élans érectiles depuis ses premier boutons d'acné, voilà que l'autre icône de la bolchéverie des cocotiers lui claque sous les narines.
"Fidel, Fidel, qu'est-ce qui s'est passé avec Fidel ?!", qu'il a tweeté le Jean Luc, tout chaviré...
Qu'est-ce qui s'est passé avec Fidel ? 
Ben il a fermé son pébroque le barbu, camarade. Épicétout...

mercredi 16 novembre 2016

Cambadéleries...






L'analyse politique du jour est à mettre au crédit du 1er secrétaire du Parti Socialiste.
En effet, Jean Christophe Cambadélis s'est lancé dans une pertinente critique de la candidature d’Emmanuel Macron :

                               " Macron, c'est embêtant..." 

C'est fort, non ?...
Incontestablement, le potentiel analytique du personnage force l'admiration...

Eric.



samedi 12 novembre 2016

En rouge et noir...

          Le nouveau caprice de Mme La Présidente...(sur le site Décider & Entreprendre d'Eric Verhaeghe)

C'est pas comme si les dépenses publiques étaient un gouffre à pognon pour lequel le contribuable serait mis à contribution à hauteur de sa profondeur. 
Pas comme si le groupe France Télévisions était en crise, et que la Cour des Comptes l'avait dans le collimateur depuis 30 ans.
Pensez-donc.
Un truc bien géré, le mastodonte. Gavé qu'il est par nos impôts. 

Pas de gaspillage, pas de sur-effectif, parfaitement indépendant, jamais de grève... (enfin, jamais plus d'une par mois)
Et puis surtout une présidente irréprochable, pas parachutée du tout par le pouvoir en place et les petits copains socialistes.
Bref, le service public exemplaire quoi...


mercredi 2 novembre 2016

Les candidologues...

video

Peut-on encore se contenter de rire de ce genre de spectacle ?
Franchement, je ne sais plus..

Les bonnes âmes nous expliqueront avec force empathie que ce genre d'abruti n'est représentatif de rien, et que son cas relève plus du pathologique que du sociétal. 
Elles nous feront la démonstration par l'exemple contraire que la jeunesse issue de la diversité est radicalement différente de ce qui nous est présenté ici, et qu'elle contribue contre toute attente à l'espérance d'un futur radieux pour notre pays. 
Elles en profiteront pour dénoncer la manipulation médiatique de certains provocateurs qui, avides de buz et de trash, partent systématiquement à la chasse au crétin qui étalera ses tares congénitales devant l’œil d'une caméra, et elles n'hésiteront pas à faire le procès de cette presse "décalée" aux relents fascistes derrière laquelle rôde l'ombre de la droite extrême et de ses affidés.
On connait la musique...
Par chance, c'est la même hyper-médiatisation que dénoncent ces ayatollahs du vivrensembletoumélangé, qui nous fournit également matière à ne pas subir ce bourrage de crâne hygiéniste, ni les assauts de cette incessante culpabilisation sensé faire passer le français moyen pour un connard raciste et facho.

mercredi 26 octobre 2016

Le grec et le lardu...


  

Que reste-t-il à sauver chez cet incommensurable imbécile ?
On se fatigue de se le demander. 
Tout au plus relèverons-nous que ses éructations ont au moins le mérite d'illustrer par le verbe les inquiétantes altérations comportementales qui délabrent cette équipe gouvernementale. 
Mais quand on a un tant soit peu de fibre patriotique, comment ne pas pleurer ?

Car ça n'est pas comme si Cambadelis (tripotte) évoluait en "off". 
Non, le mec parle dans les micros. 
C'est même son boulot de 1er secrétaire d'un parti qui, au delà d'être en état de putréfaction avancé, n'en reste pas moins celui du pouvoir en place.
Pire, la Socialie européenne en a même fait son vice-président ! Histoire de donner à ce con la dimension internationale qui lui manquait. Vous me direz, quitte à railler nos déconvenues, autant que nos voisins européens soient en connexion directe avec les clowns eux-mêmes.
Après tout, que risquerait-t-il à en rajouter aujourd'hui ? Ce pays est devenu en quatre ans et demi le pire exemple à suivre en terme de sécurité intérieure. Et ce constat s’étaye de chiffres qui font tellement froid dans le dos, que le reste du monde n'a même plus le cœur aux persiflages et aux quolibets que notre suffisance légendaire et nos sempiternelles leçons de démocratie devraient pourtant nous valoir.

mardi 18 octobre 2016

La gangrène. De Paul Fortune.

Viry Châtillon et ses sauvageons, vu par L'ami Paul Fortune
Le constat est sans concession, brut, court.. et terrifiant.
Mais ô combien réaliste.


La gangrène

Viry-Châtillon. Mantes-la-Jolie. Au rythme des faits divers, nous découvrons des flics apeurés à la simple idée de se défendre et qui ne peuvent que tenter de fuir pour sauver leur peau et garantir la tranquillité d’une hiérarchie qui a réussi à leur inculquer une docilité telle qu’ils en sont à deux doigts d’abandonner leur instinct de survie. Mourir pour la république face à des voyous tout juste bons pour la corde, voila ce qu’on leur demande. Sans gloire ni honneur, leur obéissance sert les puissants dont le seul mot d’ordre est « pas de vagues ». Au fronton de la république, ce sont les valeurs de soumission, de capitulation et de tiédeur qui devraient être gravées. Les voilà enfin, ces mystérieuses valeurs républicaines, qui

jeudi 1 septembre 2016

A toi l'honneur !: L'air est de plus en plus irrespirable... Djihad, ...

L'affaire du "Cénacle", ce fameux restaurant du 9.3 tenu par un raciste islamophobe, sous le regard de Corto.
Quand on prend la peine de gratter un peu...

A toi l'honneur !: L'air est de plus en plus irrespirable... Djihad, ...: Je ne pensais pas faire de billet sur  Le Cénacle. Mais j'ai vu le JT de France 2 à 13h00. Après l'histoire du burkini, voi...

mardi 30 août 2016

Les salaféministes...

                       
                                Libérées de Daesh, des femmes syriennes... por buzzbuzztv           
                           

Si encore ces images pouvaient provoquer une régénération des neurones avariés qui remplissent les cervelles de ces demeurées enfermées dans leurs burkinis.
Vaste illusion me dira-t-on.
N'espérons pas plus qu'elles nourriront quelques doutes dans les consciences de nos "sages" du Conseil d'État, incapables de comprendre qu'en cajolant la communauté musulmane par des arrêtés d'une telle stupidité, ils donnent la béquée aux enturbannés du grand califat avec une fourchette en argent massif.    

C'est pourquoi on ne saurait trop conseiller à toutes nos morues mahométanes qui défigurent les plages françaises, de réserver leur place dans les mêmes camionnettes pour le voyage retour en Syrie, et à ces fameux sages d'en prendre le volant.
Juste comme ça pour voir...
Histoire, pour les premières, d'aller y revendiquer leurs droits à se déguiser en parapluie sur les bases de loisir de Daesh, et d'y ouvrir leurs grandes gueules de féministes émancipées qui réclament la liberté de se fringuer comme des otaries à corps et à cri.

vendredi 15 juillet 2016

Attentat de Nice... Ou quand les bouchers portent une cocarde...


Et quoi maintenant ?
On fait comme d'habitude ?  On se bourre d'anti-anxiolitiques à s'en coller des ulcères à chaque sortie au ciné, au resto ou au stade, et on attend que ça nous pète dans la gueule, gentiment, sans faire de bruit ? 
Car c'est grosso modo tout ce que cet inénarrable Manuel Valls et sa palanquée de crétins nous proposent comme palliatif à la barbarie islamiste qui ponctue désormais notre agenda: Apprendre à vivre avec le terrorisme, et compter sur je ne sais quelle bonne étoile pour ne pas retrouver sa famille couchée sur une liste de cadavres en morceaux.
Qui peut décemment entendre ça aujourd'hui sans hurler de rage ?

Dans ce blog comme dans beaucoup d'autres (ici, , ou encore ), le ton a toujours été impertinent et provocateur dans un esprit réactionnaire assumé, mais systématiquement tourné vers un minimum de respect à l'endroit de ceux qui y sont parfois épinglés, voire ouvertement condamnés.
Aujourd'hui, la retenue, la correction, la mesure et la pondération, tout ça va rester dans ma culotte. Toute cette réserve que je m'imposais peu ou prou, et que je voyais comme un principe élémentaire du débat démocratique et citoyen, va passer à la trappe.
Mon respect, tous ces énarques de l'inaptocratie, toutes ces prix Nobel de l’incompétence et de l'indignité, tous ces usurpateurs de promesses, ils vont se le tailler en pointe et se le coller dans le fondement  jusqu'à l'étirement tissulaire critique.
Et tant pis si la diffamation, l'outrage ou la calomnie me pendent au nez...

Qui m'empêchera de traiter Valls, Cazeneuve ou Hollande d'enfants de salauds ?
Personne. Et surtout pas eux..